À propos de moi

Jérôme Lemonnier
51 ans
Coach de vie intérieure

VOUS AVEZ DIT "COACH" ?

Je dois dire que je ne suis pas super fan de cet anglicisme, mais je n'ai pas trouvé de meilleur terme. Praticien fait trop clinique, accompagnateur trop long, conseiller trop directif à mon goût... Ne parlons pas de la traduction officielle recommandée de coach qui est soit entraîneur, trop sportif, soit mentor, qui correspond encore moins à la façon dont je considère la relation avec mes clients !

Toutefois, si l'on considère que le coaching de vie est une aide au développement personnel, un accompagnement au changement, et le coach un consultant en cela, ça me va ! C'est en tout cas ainsi que je le conçois. J'aurais donc pu tout à fait choisir ce terme de "consultant", si ce n'est que, finalement, les outils pratiques que je vous propose relèvent d'un certain entraînement eux aussi, pour que vous sachiez les utiliser pleinement et naturellement... Donc va pour COACH !

[Pour l'anecdote, j'avais pensé aussi au terme ressourceur, que j'aimais bien... mais il se trouve qu'il est déjà utilisé par Véolia, qui gère les points de captage d'eau sur l'écodomaine, pour désigner ses salariés, parce qu'ils gèrent les ressources ! J'ai donc souvent vu passer des "ressourceurs" ici, bien avant d'imaginer moi-même que je deviendrais un jour un ressourceur d'un autre genre...]

Je reviens un instant sur la différence pour moi avec le conseil, qui va me permettre de préciser quel est mon état d'esprit lors de nos séances. La nuance n'est peut-être pas évidente, mais elle est importante pour moi. Pour ma part je ne vous conseille rien, je vous propose. J'estime ne pas avoir de conseil à vous donner, car je ne suis pas vous (je ne vis pas à votre place, je ne sais pas ce que vous vivez ni comment vous le vivez) ; c'est vous et vous seul/e qui savez ce qui est bon pour vous, pas moi. Si je touche juste par une parole ou une proposition, c'est vous qui le reconnaissez, pour vous-même et en vous-même. Donc le coach que je suis propose, et le client que vous êtes dispose ! Je ne vous indique pas ce que vous devez faire, je vous suggère une piste. Je ne vous pousse pas à, je vous invite à. Si cela ne vous correspond pas, si cela ne résonne pas en vous, c'est votre voix qui compte et qui a raison, pas la mienne ! C'est donc toujours vous au final que vous devez écouter et suivre, pas moi ! Telle est ma vision du "coaching".

Mon parcours

VOCATION

La recherche d'une vocation peut tarauder un être de nombreuses années, et même toute une existence. Il y a une citation que j'ai gardée précieusement depuis que je l'ai lue il y a de très nombreuses années, et qui dit : "Là où Dieu vous appelle, c'est là que se rencontrent votre vrai bonheur et un vrai besoin du monde." (Frederick Buechner) À maintenant 50 ans passés, je considère enfin, par ces consultations de Ressourcement que je vous propose, pouvoir concrétiser cet appel intérieur de la Vie. Je sens et je sais avoir maintenant l'expérience et la maturité suffisantes pour cela, mais surtout ces séances m'apparaissent comme l'aboutissement naturel de tout ce que j'ai vécu intimement jusqu'alors. Telle une évidence !

À LA RECHERCHE DU BONHEUR

Qui dit vocation dit talent. Or j'ai très longtemps cru que je n'avais aucun talent, aucune faculté intéressante. Soit je me considérais comme un "rien", et même un "moins que rien", soit je me réfugiais dans l'intellect froid et sec, où certes j'étais très bon, mais qui ne me réchauffait pas le cœur, ne m'apportait pas le "vrai bonheur". L’orgueil que j'en retirais et que je pouvais manifester n'était que la seule bouée de sauvetage intérieure que j'avais pour ne pas sombrer dans mon mal-être, la seule valeur que je pouvais me reconnaître. Et en même temps ma malédiction, car enfermé dans la prison du mental, cadenassé derrière de lourdes grilles d'auto-dévalorisation et d'auto-négation, j'étais coupé de la vie ! Coupé des autres, coupé des relations qui seules peuvent donner un sens à la vie. Je pouvais me sentir protégé dans cette prison, mais restais fermé à toute possibilité d'évoluer. Et avec le temps, dans la cristallisation des habitudes, je me renfermais de plus en plus sur moi-même et mes traits autistiques, ce qui ne faisait bien sûr qu'empirer mon mal-être...

EXPERT EN SOUFFRANCE !

Ah, la souffrance intérieure... Je sais ce que c'est, je l'ai trimballée avec moi jusqu'à plus de 40 ans. Rumination incessante, auto-dévalorisation constante, dépression chronique... puis dégoût de moi-même, pensées suicidaires, phases de désespoir extrême... Avec humour noir, je me disais souvent que la souffrance était ma seule amie, la seule compagne fidèle que j'avais !

Je touchais le fond intérieurement, mais évidemment, ce n'était pas mieux extérieurement. Vivant seul, toujours profondément et douloureusement seul, sans aucune estime de moi (je n'avais même plus aucun orgueil intellectuel à force), j'ai connu et vécu cruellement dans ma chair le travail sans joie, puis le chômage, l'addiction aux jeux d'argent alors, puis le surendettement, et donc l'impression d'avoir aussi perdu toute dignité sociale en plus de ma dignité humaine !

Pour me sortir de ce mal-être profond, ou pour au moins me maintenir à flot, mes seules bouées de sauvetage et compagnons ont toujours été les livres. J'y consacrais tous mes loisirs : livres de développement personnel à l'adolescence, de psychothérapies diverses ensuite, puis de spiritualité, avec toutes leurs richesses mais aussi leurs errements (fausses pistes, dérives sectaires...). C'est grâce à la Spiritualité au final que j'ai toujours tenu bon, envers et contre tout, et notamment que je n'ai jamais tenté de mettre fin à mes jours, malgré la tentation qui était si grande...

Je n'ai jamais cessé de chercher des remèdes à ma souffrance, d'abord extérieurement (j'ai par exemple suivi une formation professionnelle en "Guérison du Passé" dans ma trentaine), puis au fur et à mesure de plus en plus intérieurement. D'EXPLORER de plus en plus profondément ma souffrance, convaincu qu'il devait y avoir autre chose que cela, qu'elle ne pouvait être une fatalité ! Et c'est ainsi que mes plus fortes découvertes ont été faites au cœur de la souffrance, quand je refusais de croire que c'était la seule option pour moi, quand, coincé entre ma souffrance abominable d'un côté et l'option du suicide que je refusais de l'autre côté, je cherchais de toutes mes forces une troisième voie... "Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible."  (Albert Camus)

La souffrance était ma jauge, l'indicateur grâce auquel je mesurais la qualité de mon état intérieur, me poussant à agir en conséquence.

Elle m'a énormément appris ! Oh, je ne voudrais pour rien au monde avoir à revivre une seconde fois les tourments que j'ai endurés, mais je suis heureux, aujourd'hui, de tout ce que cela m'a appris, sur moi-même, sur la nature humaine, sur le fonctionnement du mental, sur les causes de la souffrance psychologique et les meilleurs remèdes intérieurs à celle-ci. Et peut-être que mon expérience vécue en cela est en mesure maintenant de pouvoir aider mon prochain, afin de lui éviter d'aller souffrir le martyre autant que moi... C'est mon souhait le plus cher et sincère.

LE BOUT DU TUNNEL

Petit à petit, je découvrais les ancrages que j'utilise aujourd'hui, mes lectures me servant de pistes d'exploration dans le vécu de mon mal-être. Je développais mes propres "stratégies", non pas pour fuir la souffrance (car c'est en vérité le fait de vouloir l'éviter qui l'accentue), non pas pour l'affronter (ce qui continue à lui donner de l'énergie), mais pour l'accueillir, sans complaisance, ou la court-circuiter. J'avais fini par atteindre plus de stabilité intérieurement ; les états dépressifs venaient encore par moments me visiter, mais plus le désespoir. En résonance avec cet apaisement intérieur, l'amour avait aussi, enfin, fini par entrer dans ma vie.

Mais extérieurement, et vu de l'extérieur, il y avait encore du progrès à faire !

À l'été 2016, j'ai passé des vacances merveilleuses en Lozère. J'allais marcher de longues heures dans la nature, je revivais ! Il fallait absolument que je garde ce contact avec la nature ; rester à travailler en ville, fût-ce même dans une Biocoop, m'apparaissait au-dessus de mes forces. Fin 2016, le miracle se produit sous la forme d'une offre d'emploi à l'écodomaine du Bouquetot. Je postule, et je suis embauché par Akal Food, comme responsable logistique. À partir de janvier 2017, je travaille alors dans une ancienne écurie, au milieu de 68 ha de prés et de bois ! Cela va tout libérer !

Lorsque j'y ai débuté, j'étais toujours très "autiste", pas sociable du tout. À chaque pause, il était plus important, plus vital pour moi de filer dans les bois, à la lumière naturelle et à l'air libre, que de chercher à me sociabiliser. Dans la nature, non seulement je vivais des moments de grâce avec des animaux sauvages (renard, lièvres, écureuils, chevreuils....), mais surtout j'approfondissais à son contact, j'ancrais en moi grâce à sa vibration, tout ce que j'avais péniblement appris jusqu'alors. C'était tellement plus FACILE dans la nature ! Facile à faire, facile à vivre. Comme si la nature elle-même m'aidait, dans l'énergie qu'elle diffuse et apporte constamment naturellement.

DE LA PAIX À LA JOIE

Le contact quasi quotidien avec la nature me transformait. M'apaisant. Me dynamisant. M'inspirant.

Lorsque l'on sent qu'un mouvement intérieur s'est généré en soi, il devient très vite essentiel de le transformer, de le mettre en pratique d'une façon ou d'une autre concrètement, de l'ancrer ainsi dans la matière. C'est le mouvement même qui l'exige spontanément de par la vie qu'il porte, sinon il nous consume de l'intérieur. C'est ainsi que, dans un premier temps, j'ai été poussé à écrire, pour tenter de mettre en mots tout ce que j'avais appris - le témoignage spirituel d'une vie (Les Chroniques de l'Éclaireur + textes dans Présences Magazine). Ce travail, toujours en cours, m'apporte beaucoup, me permet de laisser une trace écrite, mais je sentais qu'il y avait plus à faire, au-delà du simple loisir ; je voulais incarner mon expérience professionnellement aussi ! Je pensais bien déjà un peu à une forme d'accompagnement individuel, mais il n'y avait pas de déclic intérieur. Il me manquait quelque chose...

Et puis une nuit, en quelques instants, tout s'est éclairé ! Ce lieu - l'écodomaine du Bouquetot - qui m'avait tant apporté, tant enrichi et épanoui, ce lieu dont j'avais jusqu'alors profité tout seul, en me réjouissant souvent égoïstement de n'avoir à le partager avec personne, ne pourrait-il pas aider d'autres à se ressourcer et à s'épanouir eux aussi, comme il l'avait fait pour moi ?

Et je pourrais être leur guide en cela !

Cela m'apparut comme une saisissante évidence, avec une force et une joie intérieures qui ne me laissaient aucun doute...

 

En vous transmettant de cette façon ce que j'ai appris et reçu par mon vécu, je continue ainsi moi-même à avancer sur mon chemin, vous partageant mon talent avec un "vrai bonheur" et comblant par là aussi, j'en suis convaincu, "un vrai besoin du monde". La boucle est bouclée !

Vous comprenez maintenant pourquoi je me définis comme "coach de vie intérieure". C'est dans la vie intérieure que je m'estime réellement compétent. Je ne vous donnerai pas de conseil sur votre vie extérieure ; je sais qu'une fois que vous aurez "musclé" votre vie intérieure, le reste suivra auto-activement et que vous trouverez vous-même votre propre chemin et vos propres réponses.

Si vous ne deviez retenir qu'une chose de cette page, j'aimerais que ce soit celle-ci :

TOUT CE QUE JE VOUS PARTAGE, JE L'AI VÉCU, EXPÉRIMENTÉ, APPLIQUÉ SUR MOI-MÊME AVANT !

(et je le re-expérimente en même temps que vous pendant la séance, afin de favoriser une résonance)

Il n'y a dans ce que je vous propose aucun enseignement (au sens restreint d'un savoir que vous devriez croire sur parole), aucun mysticisme (au sens désincarné négatif du terme), aucune formation occulte de près ou de loin. Que du concret, du pratique et du vérifiable par vous-même, par votre propre expérience vécue ! Tout le reste n'a aucune valeur pour moi.

 

 

SIMPLICITÉ et NATUREL

sont les deux maîtres mots de mon accompagnement.

RESSOURCEMENT NATURE & RECONNEXION INTÉRIEURE

Jérôme Lemonnier, coach de vie intérieure

Ecodomaine du Bouquetot - D27 Caen-Deauville, au niveau de Villers sur Mer

Tél : 06 68 52 41 36 | Mél : ressourcementnature@outlook.fr

SIRET 804 786 937 00024


ENTRE CIEL & TERRE

Jérôme Lemonnier
Auteur & Coach de vie